[Ordre de mission n° 45] Code : Veuve noire

Aller en bas

[Ordre de mission n° 45] Code : Veuve noire

Message par Agent Fantôme le Lun 8 Jan - 11:58


<Accès aux données...
Dossiers : rapports de mission...
Mission n° 45... Informations incomplètes... Niveau d'accréditation insuffisant.
Ouverture des informations accessibles...
Agent déployé : Fantôme.>

*Tout débute dans une soirée mondaine, l'Agent, dont le visage n'est jamais décrit, est attablé dans un coin, seul. Il a l'air d'attendre quelqu'un.*


"- Vous pensez réellement qu'elle va venir ?" Murmure-t-il tout en portant un verre à ses lèvres, inspectant les lieux d'un regard en arc de cercle.

L'opérateur, à l'autre bout du micro, répond avec un brin d'hésitation.

"C'est sa manière de procéder. Elle repère les hommes qui paraissent riches et influents, les abordent, et ils sont retrouvés morts le lendemain... Leurs biens disparaissent, leur famille également."

Avec un rire amusé, l'agent boit une nouvelle gorgée avant de répondre.

"- Ca tombe bien, je n'ai pas de famille. Je ne suis pas non plus influent, d'ailleurs. Riche... Ca se défend. Pourquoi l'Empire veut-il que nous nous occupions de ça ? Cette affaire est plutôt destinée à des enquêteurs qui n'ont que ça à faire de leur temps."

Encore une fois, l'opérateur prend un moment pour répondre, cherchant ses mots.

"Les enquêteurs de l'Empire ne parviennent pas à l'arrêter. Le dernier ayant tenté l'approche que vous essayons aujourd'hui a été retrouvé décapité et les yeux arrachés. Cette femme est une psychopathe, mais elle se maitrise parfaitement. Elle joue de ses charmes pour paraître faible... Et fini toujours par avoir ce qu'elle veut. Et ses activités meurtrières irritent les fortunés qui ne se sentent plus en sécurité... Et donc les bureaucrates."

L'Agent acquiesce sans un mot. Vraisemblablement, il s'y connaissait en psychopathes.

"La voilà. Elle vous a repéré, je crois. Je vous avais bien dit que cette tenue chic vous serait utile. Surtout, jouez le jeu."

"- Je ne peux pas faire un mouvement sans avoir la désagréable impression de froisser une tableau de maître... Mais sinon, ouais... La tenue est utile." Grinça-t-il entre ses dents avant d'accueillir la femme qui s'approchait de lui avec un sourire. Elle était habillée d'une tenue de soirée luxueuse, plusieurs bagues brillaient sur sa main droite, main dans laquelle est tenait un verre.

"- Vous attendez quelqu'un ? Demanda-t-elle doucement, en s'asseyant face à lui.

- Plus maintenant visiblement. Dire que je trouvais la soirée ennuyeuse..., répondit-il en se redressant.

- C'est un compliment ? Sourit-elle en posant son verre sur la table pour planter son regard dans celui de l'Agent infiltré.

- Possible. J'aime à croire que c'est plutôt une observation."

Ses réponses du tac au tac étaient ponctuées par des gorgées d'alcool, qu'il ne se privait pas de savourer. Son expérience de l'infiltration lui permettait d'être à l'aise dans n'importe quelle situation et charmer une femme qui tenterait de le tuer plus tard dans la soirée l'enchantait plus qu'autre chose.

"- Qui êtes-vous dont ? Se risqua à demander l'inconnue avec un sourire séduisant.

- Galen Barst, fils de l'inventeur et directeur de l'ELC, Geovald Barst. Mes amis m'appellent plus volontiers Gal. Et vous ?"

Tout en parlant, il remarqua la stupeur, l'intérêt puis le plaisir sur le visage de son interlocutrice. Il avait visé juste.

"- Je suis Miana Keyron. Mais vous pouvez m'appeler Mia.

- Et quelles sont vos activités pour vous retrouver emprisonnée, comme moi, dans ces soirées ennuyantes, Mia ?

- De la location et de la vente de biens immobiliers de grande valeur, essentiellement. Des penthouses sur de nombreuses planètes, dans des lieux très côtés... Je suis ici pour tenter de trouver des acheteurs parmi les grandes fortunes impériales...

- Voilà qui m'a l'air très intéressant... Un métier des plus exotiques, a n'en pas douter. Vous devez beaucoup voyager.

- Je ne reviens sur Dromund Kaas que pour mes affaires... Et ces soirées, soupira la jeune femme avec un sourire de désespoir."

Elle mentait presque bien. Si il n'avait pas su qu'elle s'appelait en réalité Kara Terane, que ses activités se limitaient aux meurtres de personnalités riches et au vol de leurs biens et qu'elle ne quittait Dromund Kaas que lorsqu'il fallait aller poursuivre la famille d'une de ses victimes, il y aurait presque cru.

Ils discutèrent ainsi de choses et d'autres pendant une bonne partie de la soirée. Elle lui parlait de son travail si "intéressant", des biens qu'elle avait à vendre, de ses compagnons qui la quittaient tous parce qu'elle ne leur consacrait pas assez de temps... Il répondait à chaque fois qu'il la comprenait, qu'il était dans la même situation et que peut être leurs affaires, d'un point de vue strictement professionnel -évidemment- pourrait se rejoindre. L'ELC pourrait apporter des améliorations technologiques étonnantes aux biens qu'elle vendait, en échange d'un pourcentage sur les ventes.

Il touchait au but...

"- Mais... Si nous allions discuter de cela dans un endroit plus calme ? Glissa-t-elle avec un sourire malicieux et en posant sa main sur la sienne."

Son verre était vide, aussi haussa-t-il les épaules et accepta d'un signe de tête. Il la suivit au-dehors, ou ils demandèrent à l'un des taxis de la ville de les mener jusqu'aux appartements indiqués par la jeune femme. Il aurait pu l'apprécier. Elle était sûre d'elle, douée, n'avait peur de rien et ne montrait aucun signe de faiblesse hormis ceux qu'elle voulait bien dévoiler pour mieux troubler son interlocuteur.

Ils arrivèrent bientôt devant les appartements, certes situés dans un immeuble luxueux, de la jeune femme. Peut-être était-ce parce que son charme ne fonctionnait pas sur lui, ou tout simplement parce qu'une voix lui hurlait qu'il était plus que temps qu'elle la ferme, mais l'Agent trouvait que la méthode d'emmener sa cible dans ses appartements privés décrédibilisait la jeune femme.

"- C'est ici que tu vis ? Demanda-t-il en faisant une nouvelle fois taire le grognement qui résonnait dans son esprit, comme celui d'un animal en cage.

- Oui. C'est un peu grand pour une seule personne mais... Au mois, tu es là pour me tenir compagnie ce soir, soupira-t-elle en sortant deux verres qu'elle remplit d'un alcool de luxe. "

Volontairement, il se retourna, faisant mine d'admirer la vue depuis la fenêtre du salon, sachant très bien qu'elle tenterait de glisser une drogue dans son verre. Le reflet dans la fenêtre lui confirma ses soupçons lorsqu'il la vit tourner furtivement la tête vers lui pour vérifier qu'il ne la regardait pas. Puis ils allèrent s'asseoir sur le canapé et reprirent leur discussion. Rapidement, elle proposa de trinquer. Ce qu'ils firent. Et ils vidèrent chacun leurs verres cul sec.

"- Tu sais... J'ai bien réfléchie, dit-elle. Je crois que ta proposition est intéressante.

- Mais ? Demanda-t-il, sentant la drogue faire effet, mais atténuée par les différents implants qui purgeaient son organisme.

- Mais j'observe toujours mes proies avant d'aller leurs parler, sourit-elle, changeant drastiquement de visage pour prendre une expression de folie cruelle.

- Tes proies ? Fit-il en feignant la surprise et en se redressant.

- Tu n'es pas un riche investisseur, tu n'es même pas le fils de Barst. Enfin, je crois. Mais j'aurai plaisir à te torturer et à te tuer pour rappeler à l'Empire ce que la Veuve noire fait à ceux qui tentent de l'arrêter..."

Elle se fendit d'un nouveau sourire, attendant visiblement qu'il perde connaissance. Lui, ne répondit pas. Il attendait simplement. Une minute passa, puis deux... Elle se décomposa, la colère dominant désormais ses traits, comprenant que la drogue n'aurait pas l'effet escompté sur cet homme là. Elle dégaina un couteau, surement caché sous sa robe, et se jeta sur lui.

"- Vas-y." Dit-il simplement en fermant les yeux, abandonnant son corps à l'autre.

Seuls des hurlements inhumains résonneront dans l'appartement ce soir là, mais nul ne les entendra.

Le lendemain, les enquêteurs impériaux découvriront la "Veuve noire". Chacun de ses membres minutieusement coupé en deux sur sa longueur pour, visiblement, en faire huit. Elle était disposé en "étoile" au milieu de son appartement, dans une toile constituée de tripes et de nerfs... Les yeux arrachés et découpés pour être replacé sur son visage à la manière de ceux d'une araignée... Un tableau de maître, aurait estimé Fantôme, pour une psychopathe en herbe.

Agent Fantôme

Messages : 4
Date d'inscription : 25/08/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum